Pour citer l’ancien premier ministre norvégien Jens Stoltenberg après les attentats d’Oslo: “Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance.”

Il y a d’abord eu le déni. Ca ne pouvait pas être arrivé, pas en France, pas à eux, pas à 12 d’entre eux. Ils ne pouvaient pas avoir tué tant de talents et de symboles en une fois. Puis vint la rage. Comment osaient-ils tuer des gens qui se sont battus toute leur vie pour la liberté et la tolérance. Quelle sorte de monstres pouvait faire une chose pareille? Qui pouvait être bête à ce point?

Il reste la tristesse. La tristesse face à l’incroyable, l’irréparable perte que nous avons subit. Face à tous ces morts et à tous ces rires qui nous ont été volés. Ils étaient capables de se moquer de tout et de tous avec cet humour corrosif si caractéristique, sans tomber dans la méchanceté. Ils représentaient cet art français de passer sa vie à se moquer des idées qu’on défend, d’être pessimiste tout en aimant la vie et de rire de tous en restant profondément bon.

Ils nous manqueront. Et nous nous souviendrons d’eux car aujourd’hui toute la planète est Charlie. Il y a eu déjà un nombre impressionnant d’hommages aux morts de cet attentat ignoble, beaucoup bien meilleurs que le mien (je pense notamment à cet article de Libé). Mais comme beaucoup d’entre nous, j’an ai trop gros sur la patate pour me taire.

Comme beaucoup, j’ai envie de répéter encore et encore qu’il est insupportable, inadmissible de voir des gens mourir pour avoir critiqué une religion. La critique d’un dogme n’est pas une incitation à la haine. Critiquer une religion (un pays, un mouvement) n’est pas une insulte de ses membres. Chypre, la République tchèque, le Danemark, la France (en Alsace-Moselle), la Finlande, l’Allemagne, le Grèce, la Lithuanie, la Pologne, la Portugal et la Slovaquie ont toujours des lois concernant le blasphème ou l’insulte religieuse.

Pourtant, ceci ne devrait jamais mener à la mort (ou à la condamnation étatique d’ailleurs :

Charlie Hebdo a passé des décennies à se battre contre la discrimination et l’intolérance. C’est une immense tristesse de constater à quel point leurs criminels se sont trompés en les pensant leurs ennemis. A quel point ils se sont fourvoyés en tuant des gens prêt à se battre pour toutes les minorités dans un climat d’intolérance croissante en France.

A hundred lashes if you don't die laughing Ce serait une terrible erreur que de céder aux amalgames hâtifs et à l’intolérance à cause de la colère. D’écouter Marine le Pen proposer le retour de la peine de mort. Ce serait tuer à nouveau ceux qui n’ont jamais caché ce qu’ils pensaient de l’extrême-droite que de la laisser instrumentaliser leur mort :

Aussi difficile que cela puisse être d’être tolérant en période de tristesse et de colère, cela reste le meilleur moyen de combattre les idées qui les ont tué. Pour citer l’ancien premier ministre norvégien Jens Stoltenberg après les attentats d’Oslo: “Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance.”

Et c’est ce qu’il nous faut faire pour rendre hommage à Charlie Hebdo : défendre la démocratie et la liberté d’expression, répondre par plus d’amour et de tolérance et continuer à rire.


This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial License.
Author avatar

Aurélie Wielchuda

Aurélie is a feminist based in Brussels.

Read All Articles

This post is also available in: Anglais